Moins de pénibilités et de stress chez les travailleurs plus âgés

Les travailleurs plus âgés sont moins exposés que leurs cadets aux pénibilités physiques et au stress psychologique. Cependant, selon une analyse récente des résultats des enquêtes menées sur une période de 15 ans, ils trouvent que les rythmes de travail se sont intensifiés et considèrent qu’en général la qualité de leurs conditions de travail s’est détériorée.

La DARES, Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques du Ministère français du travail, a publié des résultats d’enquête qui indiquent que le travail des salariés est toujours aussi pénible physiquement. Les rythmes de travail se sont intensifiés, ainsi que la charge mentale. C'est ce qui ressort des réponses des salariés aux enquêtes sur les conditions de travail réalisées en France en 1984, 1991 et 1998. Les travailleurs âgés de 50 ans ou plus font état de moins de contraintes physiques que les plus jeunes, mais leur situation en général s'est dégradée au cours cette période de 15 ans.

Les «seniors» sont moins exposés que leurs cadets à la plupart des pénibilités du travail: efforts physiques, secousses ou vibrations, pénibilités visuelles, températures extrêmes etc.

Plus qu'une pénibilité prise isolément, c'est leur cumul qui pose problème. Plus les salariés sont âgés, moins ils font état de contraintes physiques: ainsi en 1998, les salariés âgés de 50 ans ou plus déclaraient en moyenne 2,1 pénibilités, les 25-29 ans en déclaraient 2,5 et les 20-25 ans 2,9 (voir tableau ci-dessous).

De même, les salariés plus âgés sont moins vulnérables aux accidents du travail, du fait de leur plus faible exposition aux pénibilités, et de leur expérience professionnelle. Le taux d’accidents pour ce groupe était de 6,3 % en 1998, contre 8,5 % pour l'ensemble des salariés.

Pénibilités et accidents du travail
Pénibilités et accidents, 1998
Âge Nombre de pénibilités Exposition aux pénibilités et accidents du travail
20-25 2,9 8,5%
25-29 2,5 8,5%
50 2,1 6,3%

Source: DARES, Enquêtes «conditions de travail», 1998

Mais depuis les années 80, selon les opinions exprimées dans l’enquête, les conditions de travail des plus âgés se dégradent comme celles des plus jeunes. Au fil du temps, les salariés d'une même génération déclarent être exposés à davantage de pénibilités physiques et des risques professionnels.

Les salariés âgés sont aussi mieux protégés des horaires atypiques. Mais depuis 1984, ils augmentent presque autant pour les seniors que pour l'ensemble des salariés, sauf pour le travail du samedi dont ils sont de plus en plus protégés.

Intensification du travail pour tous les travailleurs

Présence de machines, poids de la hiérarchie, pression de la demande extérieure, les contraintes déterminent les rythmes de travail, mais de façon moins marquée pour les plus âgés. Toutefois, le travail s'intensifie nettement au cours des années, et ce pour toutes les générations.

Pour les seniors, le rythme de travail est moins souvent imposé par des contraintes techniques. Il est également moins souvent imposé par des contraintes marchandes (demande extérieure provenant du public ou des clients). Cependant, la pression temporelle ne se relâche pas avec l'âge. Les salariés de 50 ans ou plus se plaignent, autant que leurs cadets, de «devoir toujours se dépêcher».

Plus d’autonomie et moins de charge mentale

Les seniors font preuve d'une plus grande autonomie dans leur travail, notamment du fait de leur plus grande expérience professionnelle. Mais ils peuvent moins compter sur le collectif de travail: ils déclarent devoir plus souvent «se débrouiller seuls» en cas de situation difficile.

Malgré leurs responsabilités, leur charge mentale n'en est pas plus lourde pour autant. Les salariés âgés déclarent moins souvent que leurs cadets craindre les conséquences d'une erreur. Ils signalent moins souvent vivre des situations de tensions, tant dans les rapports avec le public, qu'avec les collègues ou les supérieurs hiérarchiques.

À tout âge, les marges d'initiative des salariés et leurs responsabilités se sont élargies récemment (au cours de la période de l’enquête 1991-1998): ils suivent moins strictement des consignes et doivent moins souvent respecter des délais.

Méthodologie utilisée

Les données présentées dans ce rapport sont basées sur les enquêtes «Conditions de travail» réalisées en 1984, 1991 et 1998 par la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) . Chaque enquête s’appuie sur un échantillon de 22 000 salariés questionnés (représentatif de l’ensemble de la population active par secteur, profession, âge, gendre, et catégorie socioprofessionnelle).

Référence

Guignon, N. et Pailhé, A., Premières Synthèses , mai 2004.

Useful? Interesting? Tell us what you think. Hide comments

Eurofound welcomes feedback and updates on this regulation

Pievienot komentāru