Jeunesse

30 Juin 2022

«Jeunesse» est le terme employé pour décrire la période comprise entre l’enfance et l’âge adulte. Même s’il s’agit d’une définition claire, ce terme est également utilisé en politique pour désigner des tranches d’âge spécifiqueRead more

«Jeunesse» est le terme employé pour décrire la période comprise entre l’enfance et l’âge adulte. Même s’il s’agit d’une définition claire, ce terme est également utilisé en politique pour désigner des tranches d’âge spécifiques. Offrir aux jeunes un cadre idéal leur permettant de se développer, d’étudier et de travailler est un objectif essentiel de l’Europe et d’Eurofound, mais celui-ci se voit confronté à des défis particuliers. Les jeunes sont depuis longtemps au cœur de la politique de l’UE, et encore plus à l’heure actuelle. 

Read less

Mises à jour récentes

Watch the webinar: A better Europe for young people – What matters most?

Joint webinar - European Commission’s DG for Education and Culture (DG EAC), Eurofound and the International labour...

Eurofound discusses latest research with President of Ireland

Eurofound’s Executive Director, Ivailo Kalfin, and Deputy Director, Maria Jepsen, met with President Michael D Higgins...

Eurofound and IIEA discuss labour market change and future of work

The Directors and senior staff of Eurofound and the Institute of European Affairs (IIEA) met at Eurofound, Dublin on 2...

Contexte de l’UE

Top

L’emploi des jeunes et les questions touchant à la jeunesse font toujours figure de priorités dans l’agenda politique de l’UE, et l’on craint fort que les jeunes comptent parmi les principales victimes des répercussions sociales et économiques de la crise de la COVID-19, alors qu’ils avaient déjàRead more

L’emploi des jeunes et les questions touchant à la jeunesse font toujours figure de priorités dans l’agenda politique de l’UE, et l’on craint fort que les jeunes comptent parmi les principales victimes des répercussions sociales et économiques de la crise de la COVID-19, alors qu’ils avaient déjà payé le plus lourd tribut de la récession précédente. Pour éviter que l’histoire ne se répète, la Commission européenne a proposé de renforcer la garantie pour la jeunesse afin de disposer d’un instrument politique concret pour faire face aux conséquences de la COVID-19 dans le domaine social et de l’emploi. Cette initiative vise à garantir que tous les jeunes de moins de 30 ans se voient proposer un emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant la perte de leur emploi ou leur sortie de l’enseignement formel.

Ce projet s’appuie sur des actions menées précédemment au niveau européen. Avec sa campagne «Investir dans la jeunesse de l’Europe» lancée en 2016, la Commission entendait soutenir les jeunes sous la forme d’un train de mesures en leur faveur. Parmi ces dernières figurent l’amélioration des possibilités d’accès à l’emploi, au travers de la mise en œuvre de l’initiative «Garantie pour la jeunesse» et de l’initiative pour l’emploi des jeunes lancées en 2013, l’amélioration des chances par le biais de l’enseignement et de la formation, ainsi que la promotion de la solidarité, de la mobilité à des fins d’apprentissage et de la participation.

Dans ce contexte, la dernière stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse (2019-2027), adoptée le 26 novembre 2018, définit le cadre de la coopération avec les États membres concernant leurs politiques relatives à la jeunesse. Les activités sont regroupées en trois grands domaines d’action qui s’articulent autour des termes «Mobiliser», «Connecter» et «Autonomiser».

En janvier 2020, la Commission a présenté sa communication intitulée «Une Europe sociale forte pour des transitions justes», laquelle a ouvert la voie à un plan d’action pour la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux, qui réaffirme l’engagement de l’UE en faveur de la garantie pour la jeunesse.

Dans la mesure où il est apparu que les jeunes faisaient partie des personnes les plus vulnérables face aux graves répercussions sociales et économiques de la pandémie de COVID-19, la Commission a lancé en juillet 2020 «Soutenir l’emploi des jeunes», un train de mesures reposant sur quatre axes qui vise à bâtir un «pont vers l’emploi» pour la prochaine génération. La Commission a présenté une proposition de recommandation du Conseil intitulée «Un pont vers l’emploi – Renforcer la garantie pour la jeunesse», destinée à remplacer la recommandation de 2013. Cette initiative est liée aux besoins des entreprises pour fournir les compétences nécessaires, en particulier pour les transitions écologique et numérique. Elle étend la tranche d’âge couverte par la garantie pour la jeunesse, qui passe de 15-24 à 15-29 ans. Le train de mesures inclut également une proposition en matière d’enseignement et de formation professionnels, une nouvelle impulsion pour l’apprentissage, ainsi que d’autres mesures visant à soutenir l’emploi des jeunes.

Le plan d’action relatif au socle européen des droits sociaux, proposé par la Commission européenne en mars 2021 et suivi d’une déclaration lors du Sommet social de Porto en mai 2021, a introduit de nouveaux objectifs ambitieux pour les jeunes, tels que la réduction du taux de jeunes âgés de 15 à 29 ans qui ne travaillent pas et ne suivent pas d’études ou de formation de 12,6 % (2019) à 9 % d’ici à 2030.

Les travaux d’Eurofound sur les questions relatives à la jeunesse s’inscrivent dans la mise en œuvre de la priorité de la Commission pour la période 2019-2024, qui vise une économie au service des personnes, et sont extrêmement pertinents à cet égard.

 

Read less

Recherche

Top

Youth infographic
Infographie

Eurofound a mené de nombreuses études dans le domaine de la jeunesse portant sur des questions liées à l’emploi, à la qualité de vie et à la cohésion sociale. À la lumière de la crise économique et sociale qui a suivi la pandémie de COVID-19, la recherche continue de se pencher sur des questions touchant les jeunes dans plusieurs domaines, en particulier l’emploi et le marché du travail, les conditions de vie et la qualité de vie, ainsi que l’accès aux services publics.

La COVID-19 et ses répercussions sur les jeunes

«Vivre, travailler et COVID-19», l’enquête en ligne unique menée par Eurofound, donne un aperçu de l’incidence de la pandémie sur la vie des gens, y compris des jeunes, dans le but d’aider les décideurs politiques à façonner la réponse à la crise. Réalisée en plusieurs parties, elle permet de comparer les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes lors des différentes phases de la pandémie.

Sur la base de ces recherches, Eurofound a analysé les répercussions de la COVID-19 sur les jeunes au sein de l’UE en termes d’emploi, de situation économique, d’exclusion sociale, de bien-être mental et de confiance dans les institutions. L’enquête donne un aperçu des mesures mises en place pour réduire les conséquences économiques et sociales de la pandémie sur les jeunes.

Crise de 2008-2013 et emploi

Au lendemain de la crise de 2008-2013, le chômage dans l’UE est monté en flèche, atteignant 20 % chez les 15-29 ans, voire des niveaux encore plus élevés dans certains États membres. Sous l’impulsion de la garantie pour la jeunesse et d’autres mesures, les chiffres du chômage chez les jeunes se sont améliorés ces dernières années, pour finalement revenir aux niveaux d’avant-crise en 2019. Des questions subsistent néanmoins quant aux secteurs porteurs d’emploi et à la manière d’aider les jeunes, en particulier ceux qui sont en rupture avec le marché du travail depuis un certain temps. La garantie renforcée pour la jeunesse sera essentielle à cet égard pour réagir à la crise de la COVID-19 et éviter une nouvelle augmentation brutale du chômage des jeunes. Les travaux de recherche menés par Eurofound ont contribué dans une large mesure à l’élaboration de la politique en faveur de la jeunesse, en se penchant sur les points suivants:

  • les jeunes chômeurs de longue durée;
  • le soutien à la création d’entreprises apporté aux jeunes;
  • l’entrepreneuriat des jeunes en Europe;
  • le suivi des transitions des jeunes en Europe;
  • la jeunesse et le travail, et les orientations politiques visant à améliorer cet aspect de la vie des jeunes;
  • le soutien aux jeunes travailleurs pendant la crise: contributions des partenaires sociaux et des autorités publiques;
  • les expériences de l’initiative «Garantie pour la jeunesse» en Finlande et en Suède;
  • les jeunes ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ou de formation.

L’axe des travaux de recherche a récemment été adapté pour évaluer les effets de la COVID-19 sur les jeunes en Europe.

NEET et exclusion

Parallèlement aux taux de chômage élevés, depuis 2008, les États membres sont confrontés aux conséquences disproportionnées de la récession sur les jeunes de moins de 30 ans, même ceux ayant un niveau d’éducation supérieur. Le nombre de jeunes entre 15 à 29 ans ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ou de formation (NEET pour Not in Education, Employment or Training) a rapidement augmenté après 2008, mais était de nouveau en baisse depuis 2014 et était revenu aux niveaux d’avant-crise en 2018, même si les chiffres sont restés élevés dans certains États membres, en particulier en Italie et en Grèce. Eurofound cherche à comprendre les conséquences économiques et sociales du désengagement des jeunes du marché du travail et de l’enseignement.

Les recherches sur l’incidence de la COVID-19 sur les jeunes se concentrent sur la situation économique et sociale des jeunes, en particulier les NEET, au début de la pandémie. Elles décrivent la participation des jeunes au marché du travail entre 2007 et 2020, et se penchent sur les caractéristiques et la diversité des NEET.

Certains jeunes rencontrent des difficultés particulières à accéder à l’emploi. Par exemple, pour ceux qui sont atteints d’un handicap ou qui souffrent d’un problème de santé, le risque de rentrer dans la catégorie des NEET est supérieur de 40 %. Une politique d’inclusion active est considérée comme la mesure la plus appropriée pour remédier à ces difficultés. Eurofound a analysé les politiques d’inclusion active des jeunes atteints d’un handicap ou souffrant d’un problème de santé dans 11 États membres de l’UE.

Dimension de la jeunesse dans les enquêtes d’Eurofound

La dimension de la jeunesse est prise en considération dans de nombreux domaines des travaux de recherche d’Eurofound, notamment dans ses enquêtes.

L’enquête en ligne «Vivre, travailler et COVID-19», réalisée en plusieurs parties en 2020 et 2021, vise à évaluer les répercussions de la pandémie dans les différentes tranches d’âge. Parmi les sujets qui touchent les jeunes, on retrouve la perte d’emploi et la précarité, le bien-être mental, l’exclusion sociale et l’optimisme par rapport à l’avenir, les expériences en matière d’enseignement en ligne, la confiance dans les institutions et l’accès aux services publics. Les conclusions montrent que les jeunes sont à nouveau durement touchés par les conséquences sociales et économiques de cette nouvelle crise.

L’enquête européenne sur la qualité de vie (EQLS) 2016 a mis en évidence des différences majeures entre les tranches d’âge en ce qui concerne la qualité de vie, l’inclusion sociale, la qualité de la société, et l’accès aux services publics. Les données de l’enquête EQLS ont également été utilisées pour élaborer une note politique sur la situation sociale des jeunes en Europe.

L’enquête européenne sur les conditions de travail (EWCS) 2010 a révélé que certains aspects des conditions de travail des jeunes (moins de 25 ans) diffèrent considérablement de ceux des travailleurs plus âgés. Les données de l’EWCS 2015 montrent que l’écart de compétences entre les travailleurs plus jeunes et plus âgés se résorbe progressivement.

L’enquête en ligne Vivre, travailler et COVID-19 d’Eurofound s’est appuyée sur plusieurs questions des EQLS et des EWCS, en les adaptant si nécessaire aux fins de l’enquête.

Read less

Principaux enseignements

Top
  • Les jeunes subissent les conséquences économiques et sociales majeures de la spirale du chômage qui sévit depuis 2008. Pour l’UE, la perte économique associée à un nombre aussi élevé de jeunes coupés du marché du travail et de l’enseignement est estimée à plus de 153 milliards d’euros par an.
  • La crise de 2008-2013 a montré que les jeunes sont plus vulnérables que les autres tranches d’âge face à la récession économique. Le taux de chômage chez les jeunes a dépassé les 40 % dans de nombreux pays de l’UE, tandis que la proportion de jeunes ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ou de formation (NEET) a atteint un pic historique de 16 % parmi l’ensemble des 15-29 ans au sein l’UE.
  • Malgré les initiatives politiques lancées par l’UE et les États membres pour soutenir les jeunes dans le sillage de la crise financière de 2008, ces derniers ont également été les plus durement touchés par les pertes d’emploi pendant la crise de la COVID-19. Surreprésentés dans les secteurs les plus touchés par les restrictions liées à la pandémie et plus susceptibles d’avoir des contrats de travail temporaires ou à temps partiel, 12 % des 18-29 ans qui ont répondu à au moins deux parties de l’enquête en ligne Vivre, travailler et COVID-19 ont déclaré avoir perdu leur emploi, tandis que 12 % des étudiants sont également confrontés au chômage.
  • Les jeunes sans emploi ou inactifs étaient plus susceptibles que les autres groupes d’être confrontés à une insécurité de logement durant la pandémie (17 % au printemps 2021), et ont déclaré avoir des difficultés à joindre les deux bouts (43 %) et ne disposer d’aucune d’économie (39 %); néanmoins, plus de la moitié des jeunes ont indiqué vivre chez leurs parents, ce qui leur procurait une certaine sécurité. À moins que les jeunes ne puissent participer activement à l’enseignement et au marché du travail, il existe un risque élevé de désengagement à long terme, avec de graves conséquences pour leur avenir et celui de la société.
  • La crise de la COVID-19 a eu une incidence disproportionnée sur la satisfaction dans la vie et le bien-être mental des jeunes par rapport aux groupes plus âgés. Cette situation s’est améliorée entre le printemps et l’été 2020, lors de l’assouplissement des mesures de confinement, mais s’est de nouveau détériorée pour atteindre son plus bas niveau au printemps 2021, lorsque les restrictions et les fermetures d’écoles ont repris, ce qui a contribué à une diminution de la satisfaction dans la vie et du bien-être mental, avec près de deux tiers des jeunes exposés à un risque de dépression.
  • Dans l’ensemble, la confiance des jeunes dans les institutions est également restée supérieure à celle des autres groupes, et ce malgré le fait qu’ils soient les plus durement touchés par la crise de la COVID-19 sur le plan de la santé mentale et de l’emploi. Il est important que les décideurs politiques s’appuient sur ce capital social et veillent à ce que les investissements dans la jeunesse restent au premier rang des priorités politiques de l’UE.
  • Toute une série de mesures ont été mises en place pour aider les jeunes pendant la pandémie. Celles-ci incluent la garantie européenne renforcée pour la jeunesse, des initiatives nationales visant à maintenir les jeunes dans l’enseignement, ainsi que des mesures destinées à réduire les obstacles au soutien financier et à la protection sociale existants, en particulier pour les jeunes; toutefois, bon nombre de ces réactions politiques n’ont été que temporaires. Pour garantir une plus grande résilience lors des futures crises, il faudra absolument que les décideurs politiques accordent la priorité aux mesures à long terme en faveur des jeunes, telles que l’amélioration permanente de l’accès au travail et à l’apprentissage, ainsi que des mesures visant à accroître la sécurité de l’emploi.
Read less

Publications & données

Top

Les sections ci-dessous donnent accès à une série de publications, de données et de travaux en cours sur ce sujet. 

  • Publications (162)
  • Données
  • Travaux en cours (1)

Données

Les liens ci-dessous fournissent des informations sur ce sujet.

Travaux en cours

Les recherches dans ce domaine se poursuivent sur divers thèmes, qui sont présentés ci-dessous avec des liens vers les titres à venir.

Intergenerational dynamics over time

Publication Avril 2023